apothicaire à Angers en 1600

par Odile Halbert, avec la collaboration de Pierre Grelier

Travaux relevant de la propriété intellectuelle, reproduction interdite

Venez en discuter sur mon blog, riche d’actes notariés les concernant

Autres métiers  -  

Apothicaire, épicier et droguiste : définitions   -  Armoiries à identifier   -  

Inventaire d'un apothicaire Angers 1600  -   Lexique des compositions et ustenciles d'apothicaire   - 

Contrat d'apprentissage d'apothicaire, 1609 

Liste de notaires en fin de page

 

 

Apothicaire, épicier et droguiste : définitions

Ils se confondent à un tel point que l'inventaire de la boutique à Angers en 1600, est en fait la boutique d'un Maître apothicaire et droguiste. A son décès, son gendre, qui n'est pas Maître apothicaire, ne pourra prétendre qu'à la droguerie, et tentera de se faire embaucher comme commis du maître apothicaire repreneur de la boutique.

12eme siècle : médecine et pharmacie se confondent, exercées par laïcs autant que religieux.

13e siècle : la pharmacie se sépare peu à peu de la médecine, et 2 universités enseignent la pharmacie Paris et Montpellier. Les métiers étant alors regroupés en Corporations ayant des Statuts définis, celle des Apothicaires voit le jour.

1484 : Ordonnance de Charles VIII « doresnavant nul espicier de nostre ville de Paris ne s'en puisse mesler du fait et vacation d'apothicaire si ledit espicier n'est lui-même apothicaire »

1777 : Louis XIV sépare les corporations d'apothicaires et d'épiciers, reconnaissant ainsi le monopole de la vente des médicaments aux seuls apothicaires.

C'est alors que le terme « pharmacien », du grec « pharmakon », signifiant à la fois le remède et le poison, remplace l'apohicaire signifiait boutiquier.

 

Apothicaire, n. m. XIIIe siècle, du bas latin apothecarius, « boutiquier », puis « celui qui prépare les médicaments ». 1. Celui qui préparait et vendait des médicaments. 2. Expr. fig. Compte d'apothicaire, sur lequel il y aurait beaucoup à rabattre, ou très minutieux et compliqué.  -  Drogues 1.Ingrédient qui sert à la teinture, aux préparations chimiques et pharmaceutiques 2. Remède (souvent péjoratif) 3. Herbe, épice (Larousse du Moyen Français, Renaissance)   -  Droguiste 1. Vieilli. Marchand de drogues 2. Personne qui tient une droguerie   -  Droguerie, n. f. XIVe siècle, au sens de « drogues, épices ». Dérivé de drogue I.
Commerce des produits et articles d'hygiène, d'entretien, de ménage ; boutique où l'on vend ces produits

Epicier, n. XIIIe siècle, espicier, au sens de « personne qui fait le commerce des épices, des drogues ». Dérivé d'épice. 1. Anciennement. Personne qui faisait le commerce des épices. 2. Personne qui tient un commerce d'épicerie.   -  Epicerie, n. f. XIIIe siècle, espicerie. Dérivé d'épicier. 1. Très vieilli. Au pluriel. Épices et, par ext., denrées provenant de pays éloignés, comme le sucre ou le café. Le commerce des épiceries. 2. Ensemble des produits d'alimentation susceptibles d'être conservés. Acheter de l'épicerie, conserver des produits d'épicerie. Par méton. Commerce de ces denrées ; magasin où l'on vend ces denrées.

Armoiries à identifier

Il y avait un apothicaire à Pouancé (49), dès la fin du 16e siècle.  Début 17e siècle arrive, sans doute de Normandie, un nommé Henri Lescouvette, dont ci-contre l'enseigne qui porte la date 1670.

On distingue les deux serpents à l'extérieur de son écu, rappelant le caducée. Mais à l'intérieur de l'écu, il a figuré 2 ustenciles, que je cherche à identifier.

Selon une publication Nantaise, les enseignes des apothicaires de l’époque illustrent le nom et non la profession. Ainsi, le poisson de la célèbre maison à pans de bois dans la doutre à Angers, construite en 1582 par Simon Poisson apothicaire. Doit-on voir un balai ou un instrument de pharmacie ?

 

Selon l’Histoire de la pharmacie, ou 7 000 ans pour soigner l’homme (Boussel P, Bonnemain H., Paris 1978), les enseignes d'apothicaire sont figuratives : animaux, fruits, ustensils d’apothicaire (mortier, vase) ou des objets sans rapport avec la pharmacie (une croix verte à Niort)

Selon E. Littré (Dictionnaire de la Langue Française, 1842) Escouvette vient de l'ancien français « escoube », balai ; provenç. escoba ; du latin scopa, balai ; génev. écovet, écové ; ital. scopetta. Une escouvette est une longue brosse à manche, qui sert à l'apprêteur pour asperger d'eau les plaques employées à chauffer les étoffes pendant le pressage, et, un petit balai qui sert au maréchal à ramasser le charbon dans le foyer et à l'humecter d'eau. « Comme un chevaucheur d'escouvetes » . Merci de me dire si vous y voyez un balai escouvette ? Si oui, lequel des deux ustenciles, et quel  est l'autre ?

  

Inventaire d'un apothicaire en 1600, Angers

Légende : *défini dans le lexique qui suit (orthographe réelle) défini dans mon lexique

Le 7 février 1600, inventaire fait devant Garnier notaire royal à Angers, des marchandises et ustanciles et dragées et compositions qui ont été trouvées apartenir à Denys Allain apothicaire à Angers, en sa maison et boutique et en présence de Zacharie Mareau son gendre, fait pour estre et demeurer lesdites marchandises et ustanciles dragées et compositions audit Mareau afin d'en faire le payement et restitution audit Allain dedans un an suivant l'accord et écrit d'entre eux passé devant Garnier le 1er février 1600.(AD49, Garnier Notaire)

Ustenciles :  80 boîtes (bouestes) tant grandes que petites étant dans la boutique - 37 pots de Lyon, dont il y en a 4 mauvais - 17 petits et moyens pots de Lyon - 20 chevrettes* de Lyon - un alembic de cuivre à distiller l'eau pour la gravelle* -  2 grandes boîtes où l'on met de la marchandise  -  4 poinçons* où l'on met l'estalage*  de la bouticque  -  20 pots d'étain à mettre onguents  -  15 pinthes à mettre les herbes  -  3 tamis couverts à passer les compositions  -  un grand mortier avec son pilon de métal, 2 moyens mortiers, un petit mortier pour les médecines, le tout de métal   -  un grand fléau avec 2 balances de bois, plus une grande balance sur le comptoir, plus 3 autres balances demi cens, plus 2 vingt cinq, plus 2 douze  -  une pile* de 4 livres dont le dessus est rompu, plus 2 petites piles de demie livre -  une fontaine d'étain à huile avec son bassin  -  une écritoire de bois sur le tablier  -  2 petites voirines* à dragées*  -  11 monstres* de [sucre], de bois  -  une seringue avec son pot d'étain  -  un vieux fourneau de fer  -  une grande coupelle à mettre le poivre, de cuivre  -  un bassin de cuivre à mettre ?  -  une petite coupelle de cuivre à mettre le bol*  -  8 gèdes* de bois tant grands que petites à estalages  -  syrop rosa laxatif 12 L  -  syrop viollat (sans doute le miel violat*) 6 L   -   syrop capillereux 2 L 12 s   -  syrop aceteux 1 L 4 d   -  syrop de roses sèchées 1 L 5 d   -  syrop de fumeterre*  2,5 L   -  miel rosat*  1 L 12 d   -  syrop d'eau de vie  1 L 13 s   - syrop de tussilage*   2 L  -  syrop alexandrin  1 L 12 d  -  syrop d'hysope*   1 L 3 s  -  syrop d'absinthe  2 L 11 s   -  syrop de Jimbert  2 L 11 s   -  syrop de grenade  2 L 3 s   -   syrop de fleur de pêcher   1 L  

Compositions :  Benedicte*  1 L 2 d  -  Cathelicon*  2 L 11 d   -  Oprius simple  3 L 3 s  -  huba pecchii  6 s

metudat  3 L 3 s  -  desucco  1 L 10 d   -  diacarthami*   7 d   -  pommade    7 d   -  pilules cocheres  10 s  -  pilules foetives   13 gros  -  pilules aureres   12   -  pilules aggregatines    52 d   -  onguent royal   1 L  -  onguent agriptias   2 L  -  onguent populatum : onguent Populeum fait de jeunes bourgeons de peuplier, demi livre de fsuilles de pavot noir, de Mandragore, de Jusquiame, et Morelle, de Joubarbe grande et petite, de laitue, de Glourteton, d'Escudez, de violettes de mars, de sommitez, de ronces fort tendres de chacun trois onces, de graisse de porc sans sel trois lvres. (Pharmacopée, 1580, p.465)  -  onguent napolitum  2 L 7 d  -  onguent aposcotum  1 L : onguent apostolorum, composé de Tormentine, de cire blanche, de résine, d'ammoniac, de chacun quatorze drachems, de Verdet, d'Opoponax, de chacun deux drachmes, de Sarrasine longue, d'encens mâle, de Boellium, de chacun 6 drachmes, de licharge neuf drachmes. (Pharmacopée, 1580, p.465)  -  onguent comitisse 1 L 5  -  onguent desserti   4   -  onguent porphily   2 L  -   onguent dalibour  1 L 13 s  -  onguent albugatum 1 L 12   -  huile Lauria  1 L 10 s   -   onguent hullatum  -  onguent nutritum  -  onguent nutritum  -  onguent aurere  -  albo royal   -  o violai  -  o lydenor   -  o hyperac   -  o lubricum  -  o. mastichum   -  o. latron   -  o. camemeli   -  o. myrtillum  -   o. rosam   -   o. anethi   -   o. de cappambe   -   o. amygdalum dulti   -  emplâtre Diapalme*  13 L 2 d   -  emplâtre de [chyllère alloum] 3 L   -  emplâtre de Ceruse* 2 L 12 d   -   emplâtre de [chyllère magnum icugnis]   -   electuaire* en tablettes de [org fug]   -  [pnt de margari fug]  -  [pnt de richardum abbai]   -  [pnt za fantali]   -   aloes de vessie   -  epythum   -  embobes   -  sandal* cytrin   -  sandal* rouge   -  turbith*   -  [scanmeneo]

armoire boutique : huile Laurin ung pot pesant 16 livres  -  huile de lin  -  huile de viollat  -  huile rosat  -  huile camoli  -  onguent d'althea  -  onguent populeum   -  onguent emulatum sans vif argent  -   onguent bazilicum

onguent napolitanum, le tout avec leurs pots  -  calamus acorus*   -  yris de florence  -  styrax  -  benjouyn  -  myrrhe  -  encens fin   -  bois de rose  -  sang dragon* en larme  -  tuthée fine  -  [collyrmais richas]  - just de régualisse   -  gomme tragacante*  -  castor*  -  lupus   -  pois chiches   -  opium   -  gros sang dragon*   -  spoil   -  oppopauax fin  -  acétate de galbanum*  -  grand ammoniac   -  g Elempin  -  gayac*  -  roses [?]  -  argent en feuille grand, deux quarterons*  -  cantharides*  -  noix vomique*  -  coral* rouge   -   antimoine   -  couperose* blanche  -  seve  -  [num] vert  -   agaric*   -  coque de levant 

Marchandises : poivre - gingembre - sap  -  souffre  -  couperose* verte   -  noix de galle*  -  coton filé  - 

muscade  -  canelle fine  -  girofle  -  gomme arabic   -  dragées assorties   -   écorce citron sec confit  -  sucre

cassonade blanche  -  anis   -  sucre candi rouge  -  sucre candi blanc   -  [seiche contre]  -  balaustes* de Venise

Sundarac  -  Câpres  -  Vert-de-gris*  -  Epice à Mercier -  pour ce épice seconde   -  épice fine  -  gomme   -  gros bol*  18 L  -  toypolly   -  huile d'olive  -  térébenthine grosse   -  cire blanche  -  camphre  -  borax*  -  gallepot*  -  cire jaune  -  rouzière claire  -  couperose en gos loppias   -  poudre aux vers confite  -  condignac* nouveau  -  condignac vieux  -  confit de rose seiche  -  temorec  -  noix blanches un cent  -  noix noires deux cents (j'ai retiré les noix pour envoyer à Paris)  -  framboises confites  -  amandes confites   -  poudre de viollette   -  poivre long   -  coriandre crue  -  safran nouveau  -  une barique encre  -  miel commun   -  une pippe de vin   -  bled  -  lard, peut bien valoir 4 écus, relaissé et non mis en compte   -  eau de rose 5 pintes*  -  eau de vie 3 chopines*

 

   Lexique des compositions et ustenciles d'apothicaire

Agaric, s.m. Plante purgative de la nature du champignon, & qui s'attache au tronc des arbres. (Dict. Académie française, 1762)  - Balaustes, s. f. (Mat. med.) Les balaustes sont les fleurs du grenadier sauvage ; on en extrait le suc de la même maniere que de l'hypociste. Elles sont astringentes comme les cytines, d'une nature terreuse, épaississantes, rafraîchissantes, & dessicatives : on les employe dans les flux de toute espece, comme dans la diarrhée, la dyssenterie, & pour arrêter les hémorrhagies des plaies. On doit les choisir nouvelles, bien fleuries & d'un rouge vif : elles donnent de l'huile avec du sel essentiel, & assez de terre. (Encyclopédie de Diderot)   - Benedicte, électuaire purgatif & benin. Lémeri ordonne la préparation de ce médicament de la maniere suivante : Prenez dix gros de turbith choisi, une once d'écorce de racines de petite ésule, six gros d'hermodatte, & autant de diagrede, une demi-once de sel gemme, un gros & demi de spicanard, de gingembre, de girofle & de safran, de petit cardamome, de galanga, de macis, de semence d'ache, de carvi, de saxifrage & de sené ; pulvérisez ces drogues & mêlez-les avec deux livres de miel écumé, pour en composer un électuaire dont la dose sera depuis une drachme jusqu'à six. (Encyclopédie de Diderot)   -  Bol ou Bolus : bouchée, ou morceau de quelque drogue medicinale qu'on prend. (Dictionnaire de L'Académie française, , 1694) Grosse pilule (l'Albert, 1772)   -  Borax : terme de chimie. Sel très propre à faciliter la fusion des métaux qui sert à de nombreux usages industriels. On l'a longtemps employé en médecine comme désinfectant. (Dictionnaire de L'Académie française, , 1932)   -  Calamus acorus : Le calamus aromaticus est ce que l'on appelle autrement acorus, roseau aromatique, qui à une racine amere & épicée, produite par une espece particuliere de jonc, ou plutôt de flambe ou de glayeul qui vient dans le Levant, & même en plusieurs endroits d'Angleterre, de l'épaisseur environ d'une plume d'oie, & haute de deux ou trois piés, dont on fait un grand usage comme d'un céphalique & d'un stomachique, sur-tout dans les douleurs occasionnées par la foiblesse de l'estomac. (Encyclopédie de Diderot)   -  Cantharides : Insecte coléoptère de la tribu des cantharidiens ou vésicants (lytta vesicatoria). C'est avec la poudre de cantharide qu'on fait les vésicatoires ; prise à l'intérieur, cette poudre irrite les organes urinaires et passe à tort pour aphrodisiaque. On en fait aussi des emplâtres.  -  Cathelicon, épithete de certains électuaires anciens qu'on regardoit comme universels, ou comme purgeant toutes les humeurs.  (Encyclopédie de Diderot)  -  Castor, huile de ricin, que les Anglais appellent Castor oil.  -  Céruse, ou blanc de plomb : une sorte de rouille que donne le plomb, ou plûtôt c'est du plomb dissous par le vinaigreLe blanc de plomb est aussi un cosmétique : les femmes s'en servent pour se blanchir la peau ; on en fait le fard. Les revendeuses à la toilette font ce blanc de plomb en mettant du vinaigre & de l'orge perlé le plus beau, dans un vaisseau qui ait un couvercle de plomb. Elles placent le tour dans cet état dans un lieu chaud : la vapeur du vinaigre calcine le plomb, & fait un blanc que ces femmes détachent pour leur commerce : elles prétendent que l'orge qu'elles joignent au vinaigre, empêche que le blanc de plomb n'ait de mauvais effets. Celles qui n'ont pas le moyen d'avoir cette espece d'orge perlé ; qui est la plus chere, y substituent le riz. (Encyclopédie de Diderot) Tient, tient, notre apothicaire était déjà cosmétologue !   -  Chevrette : Pot de faïence à goulot pour mettre les sirops, (Dictionnaire Littré, 1872) - Pot à canon (en pharmacie). On nomme pots à canon ceux qui servent à conserver les électuaires. On nomme chevrettes ceux qui ont un bec au-dessus du ventre ; ils servaient autrefois, chez les apothicaires, à conserver les sirops et les huiles, mais aujourd'hui il n'y a que certains épiciers qui s'en servent, (Dict. des arts et métiers, Amsterdam, 1767, Apothicaire.)  -  Chopine : 0,5 litre   -  Corail : Le sel de corail est un sel neutre, formé par l'union de l'acide du vinaigre, & du corail.Lemery croyoit que le sel & le magistere de corail avoient la même vertu ; il leur attribuoit à l'un & à l'autre celle de fortifier & de réjoüir le coeur ; c'est apparemment sur son autorité, que quelques apoticaires donnent encore aujourd'hui assez indifféremment ces deux préparations l'une pour l'autre. Elles différent pourtant essentiellement, le magistere de corail n'étant absolument que le corail pur divisé dans ses parties les plus subtiles par la dissolution & la précipitation, l'édulcoration en ayant enlevé la petite portion du dissolvant & du précipitant qui accompagne ordinairement les précipités.Ce magistere de corail n'est donc qu'un pur absorbant, dont les prétendues vertus cordiales, alexiteres, diaphorétiques, &c. sont aussi imaginaires que celles du corail préparé, auquel quelques auteurs les ont aussi attribuées.(Encyclopédie de Diderot)   -  Cotignac. s. m. Confitures faites de jus de coins. (Dict. Académie française, 1694)   -  Couperose s. f. Nom donné par les anciens chimistes à différents sulfates métalliques. Couperose verte (sulfate de fer). Couperose blanche (sulfate de zinc). Couperose bleue (sulfate de cuivre). (Dictionnaire de L'Académie française, 1832)  -  Diacarthami : Prenez du turbith choisi une once & demie ; de la moelle de semence de carthame, de la poudre diatraganth froid, des hermodactes, du diagrede, de chacun une once ; du gingembre demi-once ; de la manne deux onces & demie ; du miel rosat, de la chair de coin confite, de chacun deux gros ; du sucre blanc dissous dans l'eau & cuit en électuaire solide, une livre six onces : faites-en selon l'art un électuaire solide & en tablettes. (Encyclopédie de Diderot)   -  Diapalme : s. m. (Pharm.) sorte d'emplâtre ainsi nommé, parce qu'on y faisoit entrer la décoction des feuilles de palmier, auxquelles on substituoit quelquefois les feuilles de chêne. On lui donne aussi, & avec raison, le nom d'emplâtre de litharge. En voici la composition. . de l'huile d'olive, de l'axonge de porc, & de la litharge préparée, de chaque trois livres : faites cuire le tout selon l'art avec une suffisante quantité d'eau commune, ou si vous voulez, avec une suffisante quantité d'une décoction de feuilles de palmier ou de chêne : quelquefois on ajoûtoit à cet emplâtre du vitriol, & pour lors on l'appelloit emplâtre diacalciteos. Le diapalme passe pour résoudre, ramollir, déterger, cicatriser. Cet emplâtre étoit autrefois fort usité, mais depuis que l'onguent de la mere est en vogue à Paris, on l'employe beaucoup plus rarement. Si l'on fait dissoudre quatre parties de cet emplâtre dans une partie d'huile, on a la préparation nommée cerat de diapalme, qu'on peut employer aux mêmes usages que le diapalme, & avec plus de facilité, parce qu'il se laisse mieux étendre. (Encyclopédie de Diderot)  -  Dragée : s. f. Certaine sorte de graine, ou de petits fruits secs couverts de sucre durci. (Dictionnaire de L'Académie française, 1694)   -  Électuaire: s. m. composition pharmaceutique, destinée à l'usage intérieur, formée en incorporant une ou plusieurs poudres avec du miel ou du sirop, des extraits, des pulpes, des gelées, des robs, des conserves, & quelquefois des vins doux. Les électuaires sont solides ou mous. Les premiers sont plus connus sous le nom de tablettes, & il est même commode de les distinguer par ce nom des électuaires mous  -  Estalage. s. m. v. Exposition des marchandises qu'on veut vendre. (Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition, 1694)   -  Fumeterre: s.f. Plante fort commune dans les champs. Elle est très amère, mais très salutaire, surtout pour purifier le sang. On l'appelle aussi Coridale & Fiel de terre.  (Dictionnaire de L'Académie française, 1762) Utilisée comme dépuratif et antiscorbutique (l'Albert, 1772)   -  Galbanum : très-bon médicament en qualité d'anti-hystérique, d'emmenagogue & de fondant, quand il n'y a point d'inflammation, & qu'il est besoin d'échauffer, de stimuler, de dissoudre une pituite tenace, glutineuse, abondante, qui cause des obstructions dans les intestins, dans l'utérus, & dans les autres parties du corps ; ce qui est fort commun dans les pays septentrionaux. Suc résineux & gommeux, fort connu des anciens, & qui distille d'une plante férulacée. C'est le chêne des Arabes, le de Dioscoride, le chalbane des Hébreux, mot tiré de chalbanah, qui signifie gras, onctueux, gommeux. Le galbanum est une substance grasse, ductile comme de la cire, à demi-transparente, brillante, dont la nature tient en quelque maniere le milieu entre la gomme & la résine ; car elle s'allume au feu comme la résine, se dissout dans l'eau, le vin, le vinaigre, comme les gommes, & point ou difficilement dans les huiles, sa couleur est blanchâtre & presque transparente lorsqu'elle est récente, ensuite jaunâtre ou rousse, d'un goût amer, acre, d'une odeur forte. On trouve deux especes de galbanum chez les droguistes & dans les boutiques d'apothicaires ; l'un est en larmes, l'autre en pains ou en masse. (Encyclopédie de Diderot)   -  Galipot : s.m. Résine liquide qu'on tire du pin par incision. (Dictionnaire de L'Académie française, 1762)   -  Gaïac, s.m. Arbre d'Amérique. On fait avec le bois de Gaïac des tisanes sudorifiques. (Dic.Académie française, 1762)   -  Gède, s.f. En Bas-Maine, plat de bois - Panier d'osier (Dictionnaire du monde rural, Lachiver, 1997) Manifestement utilisées pour l'étalage Gravelle s.f. Maladie causée par du sable ou du gravier, qui fait obstruction dans les reins ou dans les uretères (Dictionnaire de L'Académie française, 4th Edition, 1762)   -  Hysope, hyssope s.f. Plante aromatique (Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition, 1694)  Arbrisseau des régions méditerranéennes (l'Albert, 1772)   -  Miel violat. Prenez fleurs de violettes nouvellement cueillies, quatre livres ; miel commun, douze livres ; mélez-les ensemble, & les laissez en digestion pendant huit jours dans un lieu chaud : après cela, faites bouillir avec une pinte d'infusion de fleurs de violettes, jusqu'à la consomption du quart ; passez ensuite avec expression ; puis faites cuire la colature en consistance de sirop. On ôtera l'écume avec soin, & on gardera le miel pour l'usage. (Encyclopédie de Diderot)   -  Monstre : Une boite à vitre dans laquelle les orfèvres mettent divers bijoux qu'ils exposent à la veuë des passants. (Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition, 1694) Manifestement les apothicaires aussi... -  Noix de Galle : excroissances qui se développent sur les feuilles de certains chênes (l'Albert, 1772)   -  Noix vomique, baie globuleuse, fruit du vomiquier ; poison violent.   -  Pile : pour pilon, instrument dont on se sert pour piler quelque chose dans un mortier.  (Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition, 1694)   -  Pinte 0,93 litre  -  Poinçon : sorte de toneau, qui tient à peu prês les deux tiers d'un muid, servant à mettre du vin & autres liqueurs (Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition, 1694)   -  Quarteron : poids qui est la quatrième partie d'une livre, soit 122 g -  Rosat : la rose étoit déjà regardée par les anciens comme la panacée d'une infinité de maladies ; c'est l'éloge que Pline en fait. Les modernes en tirent aussi un grand nombre de préparations ; les principales sont l'eau simple de roses, la conserve de roses, les tablettes de suc rosat, le syrop de suc de roses, le suc de roses solutif, l'électuaire du suc de roses, le miel rosat, l'huile de roses, l'onguent rosat, le vinaigre rosat, & la teinture de roses rouges. On trouve dans toutes les pharmacopées la maniere & les usages de ces diverses préparations (Encyclopédie de Diderot)  - Sandal ou santal, s. m. bois des Indes orientales, dont nous connoissons trois especes : le jaune ou le citrin, le blanc, & le rouge. Le santal citrin, santalum citrinum J. B. est un bois pesant, solide, ayant des fibres droites ; ce qui fait qu'on peut le fendre aisément en de petites planches, d'un roux pâle ou jaunâtre, tirant sur le citrin, d'un goût aromatique un peu amer, d'une acrimonie qui remplit toute la bouche, mais cependant qui n'est pas désagréable, d'une bonne odeur qui approche un peu de celle du musc & des roses… On trouve aussi fréquemment chez les droguistes, deux bois rouges qu'on donne pour du santal rouge. Ces deux bois viennent des Indes, & de l'Amérique...  (Encyclopédie de Diderot)  -  Sang-dragon, s. m. (Hist. des drog. exot.) sorte de résine connue de Dioscoride, sous le nom de , & des Arabes, sous celui de alachnem ; on l'appelle sanguis draconis dans les boutiques. C'est une substance résineuse, seche, friable, inflammable, qui se fond aisément au feu, d'un rouge foncé, de couleur de sang lorsqu'elle est pilée, transparente quand elle est étendue en lames minces, sans goût & sans odeur, si ce n'est lorsqu'on l'a brûlée ; car alors elle répand une odeur qui approche beaucoup de celle du storax liquide. La premiere espece s'appelle draco arbor, C'est un grand arbre qui ressemble de loin au pin par l'égalité & la verdure de ses branches. Son tronc est gros, haut de huit ou neuf coudées, partagé en différens rameaux, nuds vers le bas, & chargés à leur extrêmité d'un grand nombre de feuilles, longues d'une coudée, larges d'abord d'un pouce, diminuant insensiblement de largeur, & se terminant en pointe.. Ses fruits sont sphériques, son tronc, qui est raboteux, se fend en plusieurs endroits, & répand dans le tems de la canicule, une liqueur qui se condense en une larme rouge, molle d'abord, ensuite seche & friable ; & c'est-là le vrai sang-dragon des boutiques. Cet arbre croît dans les îles Canaries, surtout près de Madere. La seconde espece de sang-dragon est appellée palma amboinensis (Encyclopédie de Diderot)  - Tragacanthe Nom donné à plusieurs arbrisseaux du genre astragale qui produisent la gomme adragante, utilisée pour ses vertus adoucissantes.  -  Turbith, s. m. (Botan. exot.) turbedh par les Arabes, & par les Grecs modernes ; c'est une racine des Indes orientales, ou l'écorce d'une racine séparée de sa moëlle ligneuse, desséchée, coupée en morceaux oblongs, de la grosseur du doigt, résineux, bruns ou gris en-dehors, blanchâtres en-dedans, d'un goût un peu âcre & qui cause des nausées. (Encyclopédie de Diderot)   -  Tussilage s. m.  Genre de la famille des composées.  Le tussilage pas d'âne, tussilago farfara, L., plante précoce, commune dans les sols argilo-calcaires, profonds et frais, dont les fleurs font partie des espèces pectorales connues sous le nom de quatre fleurs. (Dictionnaire Littré, 1872)   -  Vert-de-gris, ou verdet, acétate bibasique de cuivre dont la nuance varie du bleu au vert, selon la quantité d'eau, et qui est produit par l'action du cuivre sur le marc de raisin. Verdet ou vert-de-gris, le cent pesant estimé 36 livres, Déclarat. du roi, nov. 1640, Tarif. (Dictionnaire Littré, 1872)  -  Voirine : Ancien mot qui signifiait verre (Dictionnaire Littré, 1872)

 

Contrat d'apprentissage d'apothicaire, Angers 1609

Excercice de paléographie : téléchargez d'abord l'image pour la retranscrire et n'utilisez ma retranscription que pour vos corrections sinon vous ne progresserez jamais.

Apothicaire-apprentis_Angers-1609.JPGApothicaire-apprentis_Angers-1609.2.JPGApothicaire-apprentis_Angers-1609.3.JPG Apothicaire-apprentis_Angers-1609.4.JPG  

  1.  Le dix septiesme jour de mars mil six cent neuf
  2. avant midy
  3. En la cour royale d'Angers devant nous René Garnier notaire
  4. personnellement estably honneste homme Denys Allain Me apothicaire
  5. à Angers y demeurant paroisse de la Trinité d'une part, et
  6. Me François Thomas procureur à Thouars et y demeurant #
  7. tant en son nom que comme procureur
  8. chargé d'honorable femme Charlotte de la Ville
  9. veuve de defunt Me Fleurant de la Ville
  10. procureur audit Thouars et mère de René
  11. de la Ville cy-après nommé, et a esté présent ledit
  12. René de la Ville beau-frère dudit Thomas demeurant à présent
  13. audit Angers confesse avoir fait et estre d'accord
  14. ce ce qui s'ensuit, c'est à scavoir que ledit de la Ville
  15. o ladite autorité et consentement dudit Thomas
  16. s'est mis et met comme apprentif à l'estat
  17. d'apothicaire audit Angers en la maison dudit Allain
  18. pour le temps de troys années entières et
  19. parfaires consécutives l'une l'autre sans intervalle
  20. de temps commençant demain dix huictiesme jour de
  21. mars et finissant à pareil jour dedans lequel
  22. temps ledit de la Ville promet servir bien
  23. et deument ledit Allain audit estat d'apothicaire
  24. en toutes choses honnestes despendant de l'estat
  25. que apprentifz de sa qualité doivent et
  26. ont acoustumé faire et qui luy seront
  27. commandées par ledit Allain et son gendre
  28. et Mareau et sa femme et
  29. tenir bien profittement et utilitement garder et
  30. procurer à leur moyen les adresses
  31. de pratique s'il en avait connaissance

 f°2

  1. et estre loyal et fidèle à ce
  2. fidélité ledit Thomas [garantit]
  3. et promet en répondre en son privé nom et
  4. comme ayant charge de ladite de la Ville sa mère
  5. et ne pourra ledit de la Ville avoir ne
  6. tenir aucun argent et ne luy en pourra ledit
  7. Thomas bailler sans l'avis desdits
  8. Mareau et Allain et ce fait à la charge
  9. que ledit Allain ou Mareau son gendre
  10. absent [?] ledit
  11. de la Ville, le logeront et couscheront
  12. traicteront [?] et luy
  13. montreront et enseigneront ledit art
  14. et mestié d'apothicaire à leur pouvoir
  15. sans rien luiy cacher des secrets dudit
  16. mestié, faisant par ledit de la Ville son
  17. debvoir bien, et est ce fait pour
  18. en payer par ledit Thomas auxdits Allain
  19. et Mareau pour la somme de deux
  20. cens livres tz soit cinquante livres qu'il a
  21. advancées contant (comptant) audit Allain en pièces
  22. de seize sols et dix sols et promet
  23. payer le reste scavoir cinquante livres
  24. au jour et feste Dieu prochaine

f°3

  1. et cent livres dedans d'huy en ung an
  2. prochain et oultre promet ledit Thomas bailler
  3. à la femme dudit Mareau les
  4. estoffes à quoy faire une cape de bon tafetas
  5. et panne de velours aussy
  6. dedans le jour de la feste Dieu prochaine ou la somme de douze livres à la charge dudit Thomas, de
  7. ce que dessus dit dans le cas où ledit de la Ville
  8. s'en yrait hors de la maison dudit Allain
  9. ledit Allain ne sera tenu le faire chercher ne
  10. quérir et sera payé de la somme promise
  11. comme si l'apprentissage estait fait
  12. lequel marché lesdites parties s'obligent
  13. tenir respectivement leurs hoirs et ledit
  14. Thomas au paiment et accomplissement du contenu aux
  15. présentes en son privé nom et ledit de la Ville
  16. son compère à tenir prison comme pour ces propres deniers
  17. affaires du roi notre sire, faict Angers présents honorable
  18. homme Philippe Barottin licencié es loix advocat
  19. Angers Jacques Barsendon demeurant Angers tesmoings

f°4

signé : Thomas, D. Alain, Barouin, Barsenlon, d e la Ville, Garnier

  1. Le XVIIIe novembre an susdit a esté présent ledit Allain qui a confessé
  2. avoir eu et receu de ladite Charlotte de la Ville par les mains de
  3. Georges Villechien serviteur demeurant en la maison d'icelle de la Ville me de cinquante livres...
  4. ... la somme de cinquante livres...

 

Apothicaires 16 et 17ème siècle : ordre chronologique

voir ci-dessous le même tableau par ordre alphabétique

1475

Angers

GRIMAUDET Raoulet †/12.1515dont je descends par les Furet et Daigremont

1506

Angers

BOUVERY Jean sieur de la Gausserie, maître apothicaire, connétable du portail st Michel d’Anges, échevin de 1482 à 1512

1510

Angers

ESCHELART Mathurin « la Trinité, baptême de Renée fille de Mathurin Eschelart apothicaire »

1511

Angers

RICHARD Guillaume témoin au contrat d’engagement à Jean Lasnier sieur de Sainte Gemmes

1515

Angers

GRIMAUDET Charles fils du précédent, Angers

1515

Angers

GUYET Lézin, Angers – proche parent de Raoulet Grimaudet dont l’épouse était Yvonne Guyet

1519

Angers

LEBRETON Jean

1520

Angers

VIVIEN Jean Epoux De Catherine Bourdais

1522

Angers

CONSTANTIN Marc †1522    

1523

Angers

LAIR Michel †/1523, Angers cité ci-dessous

1524

Angers

DU CLERAY Pierre Transaction au sujet de la boutique d’apothicaire de feu Michel Lair son beau-père, Angers

1528

Angers

TRADEHAN Jacques apothicaire, caution de René Legentilhomme, Angers

1528

Angers

DUBOIS Jean, témoins en 1528 du contrat d’apprentissage d’’imprimeur

1530

Angers

BRICIERE Jacques, Angers

1530

Angers

DUPONT Jean, Angers

1530

Angers

PETITJOUAN Guillaume

1543

Angers

DELANOË André, né à Pouancé, apothicaire à Angers

1546

Angers

LEBRETON Georges témoin - (Un Jean Lebreton, apothicaire, habitait la maison d’Adam d’Angers)

1546

Angers

ALLAIN Nicolas

1547

Angers

DOISSEAU Pierre, Angers

1547

Angers

DOISSEAU Gilles, fils de Pierre ci-dessus, Angers

1547

Poitiers

GALLICHON Jean, né à Angers, apothicaire à Poitiers

1559

Angers

LANGLOIS René

1562

Angers

FOUQUERET Nicolas « Le quatrième jour dudict mois et an (juillet 1562), ce requérant, M. le procureur du roy, luy a esté donné deffault des accusez et deffaillants cy-après nommés pour le proffit duquel il a esté ordonné que les témoigns ouïs seroient reputtez et que ledict recollement général et examen qui en sera faict vauldera confrontation. Ensuivent les noms desdicts accusez qui ont esté ajournés à trois briefs jours : Nicollas Fouqueré, apotiquaire. » (Journal de Louvet)

1562

Angers

DUGRAT Pierre, apoticquaire. (idem ci-dessus)

1562

Angers

DUYSSEAU « Ung nommé d'Huisseau, apotiquaire. » (idem ci-dessus)

1562

Angers

GILLET Jehan, apotiquaire. (idem ci-dessus)

1562

Angers

GILLES Ung nommé Gilles, apotiquaire. (idem ci-dessus)

1568

Angers

MOINARD Noël « Angers ste Croix baptême de Renée fille de Me Nouel Moynart et Mathurine Gilbert »

1568

Angers

VIVIEN Jean Angers la Trinité « le 12 mars 1568 a esté baptizée Katherine fille de (mangé) advocat licencié es loix et (mangé) Allain sa femme parrain Me Jehan (mangé) et marraines Katherine Bourdays veuve de deffunt Me Germain Allain et Marie Lecourt femme de Jehan Vivien Me apothicaire »

1572

Angers

août 1572 : François Choppin, apotiquaire. (idem ci-dessus)

1573

Angers

HARAN Claude « avril 1573 La femme dudict procureur du roy Cochelin, qui estoit de Ruzebourg, et sadite femme, fille de feu Claude Haran, sieur de la Garde, vivant marchand apotiquaire, print le chappron de velours. » (Journal de Louvet)

1575

Angers

POISSON Simon, qui fait construire la magnifique maison à pan de bois sur la doutre et allez aussi voir en liigne le détail des sculptures car elles ont trait au métier d’apothicaire

1581

Lion-d’Angers

SALMON Guillaume, Le Lion D’angers

1593

Angers

MOYNARD Jacques, Angers

1594

Angers

GANCHES Jacques apothicaire Angers prend pour apprenti Jacques Blanche fils de Nicolas Blanche marchand

1594

Angers

BERGEREAU Michel apothicaire Angers paroisse de Saint Maurille

1595

Angers

JOUBERT Pierre, Angers

1595

Angers

FOUSSIER Jean apothicaire Angers paroisse Saint Pierre prend pour apprenti Anceau Letort natif de La Prévière

1599

Angers

DOISSEAU Jean

1599

Angers

BOISINEUX Jean

1599

Angers

BROSSARD Jacques

1599

Angers

CHOPIN François l’aîné

1599

Angers

CHOPIN François le jeune

1599

Angers

BOISINEULX Yves

1599

Angers

SAILLANT Clément

1599

Angers

DELACROIX René

1599

Angers

LEVESQUE Jehan

1599

Angers

DELANGELERYE Daniel

1599

Angers

MARSAULT Jehan

1599

Angers

GODEBILLE Mathurin 

1599

Angers

BOISINEUST Charles, Angers

1599

Angers

LEMASSON Jacques, Angers

1599

Angers

MOCQUEHAN Etienne, Angers

1600

Angers

ALLAIN Denis Fait l’inventaire avec Zacharie Mareau, Angers

1600

Angers

MAREAU Zacharie, gendre de Denis Allain, Angers

1604

Nantes

PARÉ Jean, Nantes

1609

Angers

BOUREAU Jacques, sieur de Brecelle

1621

Angers

BESNARD Jehan, apoticaire (Journal de Louvet)

1622

Angers

DAIGREMONT René sieur de la Suardière, Me Apothicaire à Angers St Maurille x vers 1622 Etiennette Fourmont

1622

Angers

BIENVENU Nicolas Md apothicaire (Registre de St Maurille B-1580- 1626 (vue 711)

1623

Angers

ROUSSEAU Estienne Md Me apothicaire.(Registre St Maurille B-1580-1626.(vue 730).

1625

Angers

BERNARD Jacques Md apothicaire de cette ville. Angers (Registre St Maurille-B- 1580-1626.(vue 762)

1625

Angers

GUERIN René Md apothicaire en 1625. (Registre de St Maurille B- 1580-1626.(vue 733)

1625

Angers

GREZIL Estienne Md apothicaire (Registre St Maurille-B- 1580-1626-(vue 751).

1625

Château-Gontier

BONNEAU Mathieu

1628

Angers

MAUMUSSARD Pierre (AD44 4E2/1726B devant Rapion notaire le 23 juin 1628 in «           Inventaire des biens meubles, lettres, titres et enseignements appartenant à Marie Foussier veuve de Jean Brunetiere »)

1632

Craon

ALLAIN Ysaac, Craon

1635

Angers

CHAUDET Pierre, paroisse saint Maurille

1635

Angers

CHAUDET Raoul, place Neuve paroisse ste Croix °1590 †Andard 1660

1648

Paris

BELLANGER Mathurin sieur des Giraudières (de Montreuil sur Maine, 49) apothicaire du roi de 1648-1672

1660

Angers

POISSON Jean ( Registre St Augustin BMS 1613-1676. ; vue 451).

1660

Angers

DUTOUR Denis (Registre St Augustin BMS 1613-1676. ; vue 451).

1672

Paris

BELLANGER Charles fils de Mathurin (de Montreuil sur Maine, 49) apothicaire du roi

1681

Angers

DROUET Claude, apothicaire, 18 ans, fils de HH Claude Drouet, M° Apothicaire et de défunte HF Perrine Ernault, originaire de la ville d’Angers, paroisse de la Trinité, s’est engagé à  servir à l’Ile de St-Domingue aux exercices ordinaires du pays (devant Verger notaire à Nantes, AD44-4E2/1963 le 16 juin 1681)           

1685

Angers

ROUSSEAU « Le mesme jour (27 janvier 1685) mourut la femme de défunt Mr Rousseau Me apothicaire ; elle s’appelait du Houx. » (Toisonnier)

1685

Pouancé

LESCOUVETTE Henri (voir ci dessus sa plaque sur sa maison)

1687

Angers

DELISLE « Le 17 (juin 1687) Dans ce même temps mourut la femme de Mr de Lisle Me apothicaire. » (Toisonnier)

1688

Angers

MOREAU « Le même jour (12 septembre 1688) mourut monsieur Moreau marchand Me apothicaire en cette ville ». (Toisonnier)

1688

Angers

BURET « Le 7 septembre (1688) mourut la femme du défunt sieur Buret marchand Me apothicaire ; elle s’appelait Grudé. Elle a laissé trois enfants ; le Sr Buret marchand qui a épousé la dame … ; un autre qui a épousé la fille du Sr Richard de la ville de la Flèche, et une fille qui a épousa le Sr Chauveau Me apothicaire. » (Toisonnier)

1688

Angers

CHAUDET « Le 18 (janvier 1688) le sieur Duperché apothicaire épousa la fille du sieur Chaudet Me apothicaire. » (Toisonnier)

1689

Angers

CHAUVEAU François « François Chauveau, fils de HH François Chauveau, M° Apothiquaire à Angers, par. St-Maurice, dem. à présent à St-Sébastien, se baille pour apprenti à Philippe Van Derskickel, Md à St-Sébastien, pour apprendre le métier de Tonnelier 18 mois pour 150 livres ». (devant Guilbot notaire AD44-4E2/997 le 27 janvier 1689)

1690

Angers

MARTINEAU Jacques Me apothicaire Angers.paroisse de La Trinité.en 1665. (Registre St Augustin-BMS 1613- 1676.(vue 530). - « Le 15 (février 1690) mourut monsieur Martineau ; il avait autrefois été Me apothicaire en cette ville. Il n’a point laissé d’enfants. » (Toisonnier)

1690

Angers

GANNES Le 2 (juillet 1690) Dans ce même temps mourut la femme du feu Sr Gannes Me apothicaire. » (Toisonnier)

1691

Angers

POUNEAU « Le 15 (janvier 1691) la fille du sieur Pouneau marchand à Saumur et de la dame Pigeon épousa le sieur Hary Me apothicaire en cette ville. » (Toisonnier)

1691

Angers

RAIMBAULD « Le 5 (novembre 1691) Mr Raimbauld avocat fils du Sr Raimbauld Me apothicaire et de la défunte Martin épousa la fille du Sr Thibaudeau, chirurgien à Thouarcé, et de la dame Verdon. » (Toisonnier)

1691

Angers

CHAUDET « Le 3 septembre (1691) mourut le Sr Chaudet Me apothicaire. Il avait beaucoup de science et de mérite. » (Toisonnier)

1694

Angers

GOUPIL Jean-Baptiste apothiquaire à Angers la Trinité (fils de Pierre Goupil apothicaire à Angers), présente pour apprenti François Ragot, 18 ans, son beau-frère (fils de Louis Ragot apothicaire à Angers) à André Delaville, S. de la Foucherie, Nantes St-Sat. pour lui apprendre la profession de Md Epicier. 2 ans pour 300 livres. (devant Villaine notaire à Nantes AD44-4E2/1989 du 15 avril 1694)

1695

Angers

DELISLE « Le 14 (juin 1695) le sieur Delisle aporhicaire, fils du Sr Delisle aussy Me apothicaire et de la dame … épousa la fille du Sr Bessonneau et de la dame Baillif. » (Toisonnier)

1695

Angers

DESMAZIERES « Le 8 février 1695 la fille du feu Sr Lemaçon du bourg de Saint Laurent des Mortiers, et de la dame Paré, épousa Mr Desmazières, avocat, fils du feu Sr Desmazières, Me apothicaire en cette ville et de dame Drouineau. » (Toisonnier)

1696

Angers

COUSTARD « Le 26 novembre 1696 mourut le sieur Coustard apothicaire ; il a laissé dix enfants ; sa femme s’appelle Chauveau fille du feu Sr Chauveau apothicaire et de la dame de la Roche. »  (Toisonnier)

1699

Angers

THIBOUÉE Le 18 (mars 1699) Dans ce même temps mourut la femme du feu sieur Thiboué, marchand Me apothicaire ; s’appelait Legendre. (Toisonnier)

1700

Angers

RAIMBAULT « Le 1er juillet 1700 mourut la femme de Mr Blanchet de la Martinière avocat ; elle s’appelait Raimbault Me apothicaire veuf de la dame Martin, duquel mariage sont issus plusieurs enfants, Mr Raymbault avocat veuf de la Delle Rhibaudeau, le sieur Raymbault apothicaire marié avec la fille du feu Sr Maunoir apothicaire à Nantes, Mr Raymbault prêtre et plusieurs filles. »

1702

Angers

POISSON « Le 22 novembre 1702 mourut Mr du Boulay Chevaye gentilhomme ordinaire chez le roy, à sa maison de campagne près la ville de Beaufort ; il avait épousé la fille de feu Mr Poisson premier apothicaire du roy. » (Toisonnier)

1704

Angers

CHAUVEAU François « Le fils du sieur François Chauveau Me apothicaire et de la dame Buret, épousa la fille du feu Sr Lemaçon et de la dame Lecouz » (Toisonnier)

1705

Angers

HARY « le 11 mars 1705 mourut le sieur Hary Me apothicaire »(Toisonnier)

 

les mêmes apothicaires en ordre alphabétique

1600

Angers

ALLAIN Denis Fait l’inventaire avec Zacharie Mareau, Angers

1546

Angers

ALLAIN Nicolas

1632

Craon

ALLAIN Ysaac, Craon

1672

Paris

BELLANGER Charles fils de Mathurin (de Montreuil sur Maine, 49) apothicaire du roi

1648

Paris

BELLANGER Mathurin sieur des Giraudières (de Montreuil sur Maine, 49) apothicaire du roi de 1648-1672

1594

Angers

BERGEREAU Michel apothicaire Angers paroisse de Saint Maurille

1621

Angers

BESNARD Jehan, apoticaire (Journal de Louvet)

1625

Angers

BERNARD Jacques Md apothicaire de cette ville. Angers (Registre St Maurille-B- 1580-1626.(vue 762)

1622

Angers

BIENVENU Nicolas Md apothicaire (Registre de St Maurille B-1580- 1626 (vue 711)

1599

Angers

BOISINEULX Yves

1599

Angers

BOISINEUST Charles, Angers

1599

Angers

BOISINEUX Jean

1625

Château-Gontier

BONNEAU Mathieu

1609

Angers

BOUREAU Jacques, sieur de Vercillé

1506

Angers

BOUVERY Jean sieur de la Gausserie, maître apothicaire, connétable du portail st Michel d’Anges, échevin de 1482 à 1512

1530

Angers

BRICIERE Jacques, Angers

1599

Angers

BROSSARD Jacques

1688

Angers

BURET « Le 7 septembre (1688) mourut la femme du défunt sieur Buret marchand Me apothicaire ; elle s’appelait Grudé. Elle a laissé trois enfants ; le Sr Buret marchand qui a épousé la dame … ; un autre qui a épousé la fille du Sr Richard de la ville de la Flèche, et une fille qui a épousa le Sr Chauveau Me apothicaire. » (Toisonnier)

1688

Angers

CHAUDET « Le 18 (janvier 1688) le sieur Duperché apothicaire épousa la fille du sieur Chaudet Me apothicaire. » (Toisonnier)

1691

Angers

CHAUDET « Le 3 septembre (1691) mourut le Sr Chaudet Me apothicaire. Il avait beaucoup de science et de mérite. » (Toisonnier)

1635

Angers

CHAUDET Pierre, paroisse saint Maurille

1635

Angers

CHAUDET Raoul, place Neuve paroisse ste Croix °1590 †Andard 1660

1689

Angers

CHAUVEAU François « François Chauveau, fils de HH François Chauveau, M° Apothiquaire à Angers, par. St-Maurice, dem. à présent à St-Sébastien, se baille pour apprenti à Philippe Van Derskickel, Md à St-Sébastien, pour apprendre le métier de Tonnelier 18 mois pour 150 livres ». (devant Guilbot notaire AD44-4E2/997 le 27 janvier 1689)

1704

Angers

CHAUVEAU François « Le fils du sieur François Chauveau Me apothicaire et de la dame Buret, épousa la fille du feu Sr Lemaçon et de la dame Lecouz » (Toisonnier)

1599

Angers

CHOPIN François l’aîné

1599

Angers

CHOPIN François le jeune

1572

Angers

CHOPPIN François août 1572  (idem ci-dessus)

1522

Angers

CONSTANTIN Marc †1522    

1696

Angers

COUSTARD « Le 26 novembre 1696 mourut le sieur Coustard apothicaire ; il a laissé dix enfants ; sa femme s’appelle Chauveau fille du feu Sr Chauveau apothicaire et de la dame de la Roche. »  (Toisonnier)

1622

Angers

DAIGREMONT René sieur de la Suardière, Me Apothicaire à Angers St Maurille x vers 1622 Etiennette Fourmont

1599

Angers

DELACROIX René

1599

Angers

DELANGELERYE Daniel

1543

Angers

DELANOË André, né à Pouancé, apothicaire à Angers

1695

Angers

DELISLE « Le 14 (juin 1695) le sieur Delisle aporhicaire, fils du Sr Delisle aussy Me apothicaire et de la dame … épousa la fille du Sr Bessonneau et de la dame Baillif. » (Toisonnier)

1687

Angers

DELISLE « Le 17 (juin 1687) Dans ce même temps mourut la femme de Mr de Lisle Me apothicaire. » (Toisonnier)

1695

Angers

DESMAZIERES « Le 8 février 1695 la fille du feu Sr Lemaçon du bourg de Saint Laurent des Mortiers, et de la dame Paré, épousa Mr Desmazières, avocat, fils du feu Sr Desmazières, Me apothicaire en cette ville et de dame Drouineau. » (Toisonnier)

1547

Angers

DOISSEAU Gilles, fils de Pierre ci-dessus, Angers

1599

Angers

DOISSEAU Jean

1547

Angers

DOISSEAU Pierre, Angers

1681

Angers

DROUET Claude, apothicaire, 18 ans, fils de HH Claude Drouet, M° Apothicaire et de défunte HF Perrine Ernault, originaire de la ville d’Angers, paroisse de la Trinité, s’est engagé à  servir à l’Ile de St-Domingue aux exercices ordinaires du pays (devant Verger notaire à Nantes, AD44-4E2/1963 le 16 juin 1681)           

1524

Angers

DU CLERAY Pierre Transaction au sujet de la boutique d’apothicaire de feu Michel Lair son beau-père, Angers

1528

Angers

DUBOIS Jean, témoins en 1528 du contrat d’apprentissage d’’imprimeur

1562

Angers

DUGRAT Pierre, apoticquaire. (idem ci-dessus)

1530

Angers

DUPONT Jean, Angers

1660

Angers

DUTOUR Denis (Registre St Augustin BMS 1613-1676. ; vue 451).

1562

Angers

DUYSSEAU « Ung nommé d'Huisseau, apotiquaire. » (idem ci-dessus)

1510

Angers

ESCHELART Mathurin « la Trinité, baptême de Renée fille de Mathurin Eschelart apothicaire »

1562

Angers

FOUQUERET Nicolas « Le quatrième jour dudict mois et an (juillet 1562), ce requérant, M. le procureur du roy, luy a esté donné deffault des accusez et deffaillants cy-après nommés pour le proffit duquel il a esté ordonné que les témoigns ouïs seroient reputtez et que ledict recollement général et examen qui en sera faict vauldera confrontation. Ensuivent les noms desdicts accusez qui ont esté ajournés à trois briefs jours : Nicollas Fouqueré, apotiquaire. » (Journal de Louvet)

1595

Angers

FOUSSIER Jean apothicaire Angers paroisse Saint Pierre prend pour apprenti Anceau Letort natif de La Prévière

1547

Poitiers

GALLICHON Jean, né à Angers, apothicaire à Poitiers

1594

Angers

GANCHES Jacques apothicaire Angers prend pour apprenti Jacques Blanche fils de Nicolas Blanche marchand

1690

Angers

GANNES Le 2 (juillet 1690) Dans ce même temps mourut la femme du feu Sr Gannes Me apothicaire. » (Toisonnier)

1562

Angers

GILLES Ung nommé Gilles, apotiquaire. (idem ci-dessus)

1562

Angers

GILLET Jehan, apotiquaire. (idem ci-dessus)

1599

Angers

GODEBILLE Mathurin 

1694

Angers

GOUPIL Jean-Baptiste apothiquaire à Angers la Trinité (fils de Pierre Goupil apothicaire à Angers), présente pour apprenti François Ragot, 18 ans, son beau-frère (fils de Louis Ragot apothicaire à Angers) à André Delaville, S. de la Foucherie, Nantes St-Sat. pour lui apprendre la profession de Md Epicier. 2 ans pour 300 livres. (devant Villaine notaire à Nantes AD44-4E2/1989 du 15 avril 1694)

1625

Angers

GREZIL Estienne Md apothicaire (Registre St Maurille-B- 1580-1626-(vue 751).

1515

Angers

GRIMAUDET Charles fils du précédent, Angers

1475

Angers

GRIMAUDET Raoulet †/12.1515dont je descends par les Furet et Daigremont

1625

Angers

GUERIN René Md apothicaire en 1625. (Registre de St Maurille B- 1580-1626.(vue 733)

1515

Angers

GUYET Lézin, Angers – proche parent de Raoulet Grimaudet dont l’épouse était Yvonne Guyet

1573

Angers

HARAN Claude « avril 1573 La femme dudict procureur du roy Cochelin, qui estoit de Ruzebourg, et sadite femme, fille de feu Claude Haran, sieur de la Garde, vivant marchand apotiquaire, print le chappron de velours. » (Journal de Louvet)

1705

Angers

HARY « le 11 mars 1705 mourut le sieur Hary Me apothicaire »(Toisonnier)

1652

Angers

HUET Extrait baptismal du 21 février 1652 de St-Maurille d’Angers, de Catherine fille de HH Julien Huet Md M° Apothiquaire et Madeleine Lanoe. Elle épouse à Nantes par contrat du 18 juin 1680 devant Petit notaire (AD44- 4E2/1612) Jean Dugast apothicaire à Nantes

1595

Angers

JOUBERT Pierre, Angers

1523

Angers

LAIR Michel †/1523, Angers cité ci-dessous

1559

Angers

LANGLOIS René

1519

Angers

LEBRETON Jean

1546

Angers

LEBRETON Georges témoin - (Un Jean Lebreton, apothicaire, habitait la maison d’Adam d’Angers)

1599

Angers

LEMASSON Jacques, Angers

1685

Pouancé

LESCOUVETTE Henri (voir ci dessus sa plaque sur sa maison)

1599

Angers

LEVESQUE Jehan

1600

Angers

MAREAU Zacharie, gendre de Denis Allain, Angers

1599

Angers

MARSAULT Jehan

1660 1690

Angers

MARTINEAU Jacques Me apothicaire Angers.paroisse de La Trinité.en 1665. (Registre St Augustin-BMS 1613- 1676.(vue 530). - « Le 15 (février 1690) mourut monsieur Martineau ; il avait autrefois été Me apothicaire en cette ville. Il n’a point laissé d’enfants. » (Toisonnier)

1628

Angers

MAUMUSSARD Pierre (AD44 4E2/1726B devant Rapion notaire le 23 juin 1628 in «           Inventaire des biens meubles, lettres, titres et enseignements appartenant à Marie Foussier veuve de Jean Brunetiere »)

1599

Angers

MOCQUEHAN Etienne, Angers

1688

Angers

MOREAU « Le même jour (12 septembre 1688) mourut monsieur Moreau marchand Me apothicaire en cette ville ». (Toisonnier)

1568

Angers

MOINARD Noël « Angers ste Croix baptême de Renée fille de Me Nouel Moynart et Mathurine Gilbert »

1593

Angers

MOINARD Jacques, Angers    22221

1604

Nantes

PARÉ Jean, Nantes

1530

Angers

PETITJOUAN Guillaume

1702

Angers

POISSON « Le 22 novembre 1702 mourut Mr du Boulay Chevaye gentilhomme ordinaire chez le roy, à sa maison de campagne près la ville de Beaufort ; il avait épousé la fille de feu Mr Poisson premier apothicaire du roy. » (Toisonnier)

1660

Angers

POISSON Jean (St Augustin BMS 1613-1676. ; vue 451).

1575

Angers

POISSON Simon, qui fait construire la magnifique maison à pan de bois sur la doutre et allez aussi voir en liigne le détail des sculptures car elles ont trait au métier d’apothicaire

1691

Angers

POUNEAU « Le 15 (janvier 1691) la fille du sieur Pouneau marchand à Saumur et de la dame Pigeon épousa le sieur Hary Me apothicaire en cette ville. » (Toisonnier)

1691

Angers

RAIMBAULD « Le 5 (novembre 1691) Mr Raimbauld avocat fils du Sr Raimbauld Me apothicaire et de la défunte Martin épousa la fille du Sr Thibaudeau, chirurgien à Thouarcé, et de la dame Verdon. » (Toisonnier)

1700

Angers

RAIMBAULT « Le 1er juillet 1700 mourut la femme de Mr Blanchet de la Martinière avocat ; elle s’appelait Raimbault Me apothicaire veuf de la dame Martin, duquel mariage sont issus plusieurs enfants, Mr Raymbault avocat veuf de la Delle Rhibaudeau, le sieur Raymbault apothicaire marié avec la fille du feu Sr Maunoir apothicaire à Nantes, Mr Raymbault prêtre et plusieurs filles. »

1511

Angers

RICHARD Guillaume témoin au contrat d’engagement à Jean Lasnier sieur de Sainte Gemmes

1684

Angers

RONTARD « Le 4 (avril 1684) mourut madame Brehier femme du sieur Brehier commis au greffe du présidial de cette ville. Elle mourut demie heure après estre accouchée, âgée de 28 ans ; elle a laissé deux petits enfants. Elle s’apellait Marie Rontard fille de feu Me Rontard Me apothicaire en cette ville. » (Toisonnier)

1623

Angers

ROUSSEAU Estienne Md Me apothicaire.(Registre St Maurille B-1580-1626.(vue 730).

1685

Angers

ROUSSEAU « Le mesme jour (27 janvier 1685) mourut la femme de défunt Mr Rousseau Me apothicaire ; elle s’appelait du Houx. » (Toisonnier)

1599

Angers

SAILLANT Clément

1581

Lion-d’Angers

SALMON Guillaume, Le Lion D’angers

1699

Angers

THIBOUÉE Le 18 (mars 1699) Dans ce même temps mourut la femme du feu sieur Thiboué, marchand Me apothicaire ; s’appelait Legendre. (Toisonnier)

1654

Angers

TOISONNIER Etienne « Etienne Toisonnier était fils d’honorable homme Étienne Toisonnier, maître apothicaire, et de Catherine Guitton » (Toisonnier)

1528

Angers

TRADEHAN Jacques apothicaire, caution de René Legentilhomme, Angers

1568

Angers

VIVIEN Jean Angers la Trinité « le 12 mars 1568 a esté baptizée Katherine fille de (mangé) advocat licencié es loix et (mangé) Allain sa femme parrain Me Jehan (mangé) et marraines Katherine Bourdays veuve de deffunt Me Germain Allain et Marie Lecourt femme de Jehan Vivien Me apothicaire »

1520

Angers

VIVIEN Jean Epoux De Catherine Bourdais